Forum
  ¤   la porte du monde interdit Index du Forum
 
  ¤   Voir les nouveaux messages depuis votre dernière visite
  ¤   Voir mes messages
  ¤   Voir les messages sans réponses
la porte du monde interdit
ce forum parle de cryptozzoologie, nouvel ordre mondial,paranormal et ufologie
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
 
TEMOIGNAGES HISTORIQUES 1

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    la porte du monde interdit Index du Forum -> ufologie -> temoignages anciens Sujet précédent :: Sujet suivant  
TEMOIGNAGES HISTORIQUES 1
Auteur Message
ufologue
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2008
Messages: 63

MessagePosté le: Dim 9 Nov - 11:58 (2008)    Sujet du message: TEMOIGNAGES HISTORIQUES 1 Répondre en citant
 
Salamine - Grèce Antique ( 480 av. JC. )
Un objet en forme de corne apparut dans le ciel pendant la bataille de Salamine que les Grecs coalisés livrèrent contre les Perses.

Grèce Antique ( 428 av. JC. )
Le philosophe Anaxagone qui vécut de -500 à -428, dont Périclès et Euripide furent les disciples, vit dans le ciel une lumière considérable et extraordinaire de la dimension d'une grosse poutre. Ce météore resta en place plusieurs jours.

Cnide Grèce Antique ( 395 ou 394 av. JC.)
Des poutres brillent aussi tout à coup, de type semblable, appelées " doxoi " en grec, comme il en apparut lors de la défaite navale qui coûta aux Lacédomiens l'empire de la Grèce ( bataille de Cnide ).

Alexandre Le Grand - Inde ( 329 av. JC. )
Alors qu' Alexandre Le Grand et son armée franchissaient la rivière Jaxartes en Inde, deux " boucliers d'argent brillant " plongèrent du ciel sur les colonnes militaires, entraînant la dispersion des cheveux et des cheveux et des éléphants.

Alexandre Le Grand - Phénicie ( 322 av. JC. )
En 322 av. JC, Alexandre assiégeait Tyr, une ville de Phénicie ( le Liban actuel ). Les soldats des deux camps observèrent avec stupéfaction un large " bouclier volant ", se déplaçant en formation triangulaire accompagné de quatre " boucliers " plus petits, et décrivant des cercles autour de la cité en guerre. Soudain, le plus gros des ovnis lança un rayon de lumière contre le mur de la cité en face des assaillants et le troua. D'autres rayons furent émis, détruisant les défenses de la citadelle. Les troupes d'Alexandre tirèrent vite avantage de la situation et pénétrèrent dans la ville. Les ovnis demeurèrent dans le ciel jusqu'à ce que l'armée se soit totalement emparée de ville. Ce n'est qu'alors qu'ils se remirent en route et disparurent.

Italie - Rome antique ( 223 av. JC. )
A Ariminium une lumière brillante comme le jour illumina la nuit; en de nombreuses régions de l'Italie, trois Lunes devinrent visibles au cours de la nuit.

Italie - Rome antique ( 222 av. JC. )
Trois Lunes sont aussi apparues en même temps, par exemple, sous le consulat de Gnaeus Domitius et Gaius Faunus.

Italie - Rome antique ( 218 av. JC. )
Dans la province d'Amiterna, on vit en de nombreux endroits l'apparence d'hommes en vêtements blancs, venant de très loin. Le globe du Soleil devint plus petit. A Praeneste, des lampes scintillantes dans le ciel. A Arpia, un bouclier dans le ciel.. Des vaisseaux fantômes apparurent dans le ciel.

Arpi - Rome antique ( 217 av. JC. )
A Arpi on vit des boucliers dans les airs et le soleil luttant contre la lune. A Capène deux lunes s'étaient montrées en plein jour. A Faléries il s'était fait dans le ciel une large ouverture par où s'était échappée une grande lumière.

Cannes - France ( 216 av. JC. )
Des objets ronds et des formes de navires avec des occupants furent observés.



Italie - Rome antique ( 216 av. JC. )
Julius Obsequens, un historien romain païen du IVe siècle, relate dans son œuvre nommée Prodigia qu'en 216 av. JC, " des choses comme des nefs furent vues dans le ciel " de l'Italie. Le même phénomène réapparut au-dessus de Rome l'année suivante, et fut également observé au-dessus de la ville de Lanupium ( à 25 km de Rome ) en 170 av. JC., selon un texte allemand du XVIe siècle.

Hadria -Rome antique ( 213 av. JC. )
L' historien romain Titus Livius, né en 59 av. JC et mort en l'an 17 de notre ère ) rapporte une observation faite en 213 av. JC à Hadria, dans le golfe de Venise en Italie, et parle de la présence dans le ciel de ce qui ressemblait à un autel, entouré " de l'étrange spectacle d'hommes vêtus de blanc ".

Setie - Rome antique ( 203 av. JC. )
Julius Obsequens écrit qu'en 203 av. JC., " à Setie ( 80 km de Rome ), une lumière éblouissante comme une torche fut observée dans le ciel, se déplaçant d'Est en ouest ", et qu'elle était accompagnée d'un autre objet.

Messala - Rome antique ( 190 av. JC. )
Sous le consulat de Messala et C. Livius on aperçut en divers endroits des feux célestes dont la flamme légère brûla les vêtements de plusieurs personnes.

Capoue et ailleurs - Rome antique ( 175 av. JC. )
Julius Obsequens écrit que ce jour la on vit au milieu de la nuit, le soleil et le même jour à Formie, deux soleils apparurent ensemble. Sur l'île de Céphalonie, une trompette résonna du haut du ciel et une pluie de terre tomba.

Italie - Rome antique ( 170 av. JC. )
A Lanupium, sur la Via Appia, à environ 25 km de Rome, on vit le spectacle remarquable d'une flotte de vaisseaux évoluant dans les airs.

Pesaro - Rome antique ( 163 av. JC. )
Un soleil brilla dans la nuit.

Consa - Rome antique ( 156 av. JC. )
Sous le consulat de L. Optimius, des armes volèrent dans le ciel.

Rome - Rome antique ( 154 av. JC. )
On vit en divers endroits comme des toges qui disparaissaient aux yeux de ceux qui s'en approchaient.

Préneste, Céphalonie - Rome antique ( 142 av. JC. )
On vit tomber du ciel des drapeaux.

Rome antique ( 136 av. JC. )
Sous le consulat de P. Africanus et C. Fulvius, durant la nuit le soleil répandit pendant quelques instants une vive clarté.

Gaule - France ( 122 av. JC. )
En Gaule, trois Soleils et les trois Lunes.

Italie - Rome antique ( 113 av. JC. )
Le phénomène, appelé généralement "Soleils nocturnes" c'est-à-dire une lumière émanant du ciel pendant la nuit, a été vu sous le consulat de C. Caecilius et Cn. Papirius et en maintes autres occasions, faisant luire de nuit un semblant de jour...

Ombrie ( Italie ) - Rome antique ( 103 av. JC. )
Un cliquetis d'armes et des sons de trompettes furent entendus dans le ciel, nous dit-on, pendant la guerre contre les Combres et maintes fois avant comme après. Au cours du 3e consulat de Marius, les habitants d'Améria et de Tudertum eurent le spectacle d'une rencontre entre des armes célestes venant les unes de l'Orient, les autres de l'Occident.

Rome antique ( 102 av. JC. )
Une torche ardente sillonna le ciel et au coucher du soleil un corps sphérique semblable à un bouclier se dirigeait de l'ouest en est. Peu avant la bataille d'Aix-en-Provence à Amérie et Turderte, on vit pendant la nuit des javelots et des boucliers de flammes, qui d'abord séparés, tombaient ensuite les uns sur les autres en prenant des dispositions et en décrivant des mouvements qu'affectent les armées combattantes. A la fin, les uns cédant, les autres allant de l'avant, tous s'étaient précipités vers le couchant.

Rome antique ( 100 av. JC. )
Un bouclier ardent jetant des étincelles a été vu traversant le ciel d'occident en orient, au moment du coucher du soleil.

Lucanie - Rome antique ( 95 av. JC. )
Des flammes voltigèrent autour d'un troupeau de moutons et l'enveloppèrent encore pendant la nuit dans l'étable sans rien brûler.

Vulsinium Rome antique ( 95 av. JC. )
On vit à l'aube une flamme jaillir d'un point du ciel, se resserrer peu à peu et prendre la forme d'une boucle de feu d'un rouge foncé. Le ciel parut descendre et laissa voir, par une large ouverture, des flammes qui avaient l'aspect d'un tourbillon.

Rome - Rome antique ( 93 av. JC. )
Au lever du soleil, il avança du septentrion un globe de feu de couleur or qui tomba en tournoyant sur la terre. Il augmenta ensuite de volume, puis remonta dans les airs, il se dirigea alors vers l'orient.

Spoletum ( Italie ) - Rome Antique ( 90 av. JC. )
Julius Obsequens écrit qu'en 90 av. JC, " En territoire de Spoletum, un globe de feu, de couleur dorée, tomba du ciel sur la terre, se mit à tourner... Puis devint plus grand en taille, et on vit s'élever de la Terre, aller vers l'est, et obscurcir le disque solaire de sa grandeur ".

Italie - Rome antique ( 76 av. JC. )
Une étincelle tombant d'une étoile, qui s'accroît en approchant de la Terre, après avoir atteint la grandeur de la Lune, répand la clarté d'un jour nuageux, pour se retirer ensuite dans le ciel sous forme de torche, voilà un phénomène que la tradition mentionne sous le consulat de Cn. Octavius et C. Scribonius et qui eut pour témoin le proconsul Silanus avec sa suite.

Italie ( 66 av. JC. )
Pline l'Ancien ( 23-79 ) parle de " rayons brillants dans le ciel " dans son Historia Naturalis, et raconte comment en 66 av. JC. une " étincelle " tomba d'une étoile sur la Terre, devint plus grosse que la lune puis, diminuant de taille, s'en retourna au ciel. Dans son Historia Naturalis, Pline affirme : " Une lumière dans le ciel nocturne, phénomène généralement appelé ''soleil de minuit'', fut observé sous le consulat de Gaius Caecilius et Gnaeus Papirius, ainsi qu'à de nombreuses autres occasions, créant en pleine nuit une lumière semblable à celle du jour. Sous le consulat de Lucius Valerius et de Garius Marius, un bouclier de feu semant des étincelles traversa le ciel d'Est en ouest alors que se couchait le soleil ".

Italie - Rome antique ( 45 av. JC. )
Des espèces d'armes et de javelots s'élevèrent de terre avec un grand bruit et se dirigeaient vers le ciel.

Italie - Rome Antique ( 42 av. JC. )
A Rome une lumière brilla si fortement à la tombée de la nuit que les gens se relevèrent pour travailler bien que le jour fût tombé. A Murtinum, on vit trois Soleils vers la troisième heure du jour et qui se rassemblèrent alors en un seul globe.

Japon ( 9 av. JC. )
Neuf Soleils apparurent au-dessus du Japon.

Egypte ( 22 )
D'après un papyrus retrouvé dans les papiers d'un directeur du Musée égyptien du Vatican, " en l'an 22, au troisième mois de l'hiver et à la sixième heure du jour (...), les scribes de la Maison de Vie s'aperçurent qu'un cercle de feu apparaissait dans les cieux... Il n'avait pas de tête, le souffle de sa bouche avait mauvaise odeur. Son corps faisait une perche (environ 5 mètres) de long et une perche de large. Il n'avait pas de voix ". Les scribes sombrèrent dans la confusion. Ayant entendu parler de l'événement, le pharaon médita sur le sujet, mais au bout de quelques jours, " ces choses dans le ciel devinrent plus nombreuses que jamais. Elles brillaient dans le ciel plus fort que l'éclat du soleil, et s'étendaient jusqu'aux limites des quatre colonnes supportant les cieux... L'armée du pharaon, et lui au milieu d'elle, observa cela. C'était après le dîner. Sur ce, ces cercles de feu montèrent plus haut dans les cieux en direction du sud... ".

Jérusalem - Palestine ( 21 mai 70 )
Flavius Josèphe décrivit un fantôme démoniaque d'une taille incroyable. Avant l'aurore surgirent sur le pays entier, des chars et des soldats armés.

Calédonie - Ecosse ( 80 )
Lorsque l'empereur Agricola était en Calédonie, des flammes apparurent au-dessus de la forêt, et par temps clair, il était possible de distinguer un vaisseau dans le ciel.



Dernière édition par ufologue le Ven 16 Jan - 23:12 (2009); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 9 Nov - 11:58 (2008)    Sujet du message: Publicité
 
PublicitéSupprimer les publicités ?

Revenir en haut
ufologue
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2008
Messages: 63

MessagePosté le: Dim 9 Nov - 11:59 (2008)    Sujet du message: TEMOIGNAGES HISTORIQUES 1 Répondre en citant
 
Calédonie - Ecosse ( 80 )
Lorsque l'empereur Agricola était en Calédonie, des flammes apparurent au-dessus de la forêt, et par temps clair, il était possible de distinguer un vaisseau dans le ciel.

Notorita - Japon ( 200 )
Il y avait au village de Notorita un homme appelé Hashiro-Kima-Washi. C'était un individu de forte taille qui possédait des ailes sur son corps de sorte qu'il pouvait voler et s'élever très haut dans le ciel. Il refusait d'obéir aux ordres impériaux et dépouillait les gens.

Chine ( janvier 235 )
Un météore rouge émettant des rayons pointus tomba du nord-ouest vers le sud-ouest dans le campement de Liang. Le météore se déplaça trois fois d'avant en arrière au-dessus du camp, chaque fois d'une plus grande magnitude lors de son mouvement en avant et lors de son retrait. (Christiane PIENS: "Les Ovni du passé" - Marabout 1977 - p. 39)

Chine ( janvier 314 )
Le soleil tomba sur le sol et trois autres soleils surgirent ensemble au-dessus de l'horizon. Et un autre jour, le soleil s'abaissa rapidement vers le sol et trois autres soleils volèrent côte à côte, après s'être élevés à l'ouest, se dirigeant vers l'est.

Chine ( janvier 317 )
Trois soleils brillèrent en même temps dans le ciel teint de couleurs multicolores. Les soleils étaient entourés d'une auréole et suspendus à dix mètres au-dessus du sol. Le centre des soleils avait une couleur verdâtre.

Antioche - Turquie ( 394 )
Une nuit, il apparut une chose ressemblant à une femme vêtue et qui se déplaçait haut dans le ciel. Cela avait des dimensions colossales et un aspect si horrible que les témoins qui la contemplèrent en furent épouvantés. Cela allait ça et là dans le ciel, au-dessus des rues de la ville. Elle émettait sans arrêt un bruit semblable au sifflement d'un fouet et l'air en résonnait. Ce bruit-là était comme celui que fait habituellement un dompteur lorsqu'il excite les bêtes féroces pour les enrager avant de les présenter aux spectateurs d'un amphithéâtre...

Byzance ( 436 )
J. Obsequens: " les tremblements de terre se succèdent à un rythme effrayant.... Tout d'un coup, et au milieu de tous les assistants, un enfant fut enlevé par une force inconnue assez haut dans le ciel pour qu'on le perde de vue; après quoi, étant redescendu comme il était monté, il déclara au patriarche Procus, à l'empereur lui-même et à la multitude réunie qu'il venait d'assister à un grand concert d'anges louant Dieu ".

Europe ( 457 )
Conrad Wollfart, connu sous le nom de Lycosthenes, professeur à l'université de Bâle, en Suisse, depuis 1539, rapporte qu'en 457, au-dessus de la Grande-Bretagne et du nord de la France, " une chose flamboyante en forme de globe fut vue dans le ciel. Sa taille était immense et de cette boule de feu sortaient deux rayons, l'un qui allait plus loin que la France, et l'autre qui allait en direction de l'Irlande, et se terminait en feu, comme des faisceaux ".

Mont Katsuraki - Japon ( 460 )
4e printemps, 2e mois. L'empereur participa à une chasse à l'arc sur le mont Katsuraki. Soudain un homme de haute taille apparut, qui de visage et d'allure, ressemblait à l'empereur. "De quel endroit es-tu?" demanda l'empereur. "Je suis le dieu des hommes visibles. Dis-moi d'abord ton nom royal et ensuite je t'informerai du mien." L'empereur répondit: "Nous sommes le Waka-taka-no-Mikoto." L'homme de haute taille dit: "Ton serviteur est le dieu Hito-Koto-Mushi. Le dieu qui chasse d'un mot le bien et d'un mot le mal. Il se joignit à l'empereur jusqu'au coucher du soleil, quand la chasse prit fin. Le dieu raccompagna l'empereur jusqu'aux eaux de Kume.

Irlande ( 575 )
Lorsque St Columcille réunit le synode de Drum Ceatt (ou Drom Ecart) il demanda à Aedh Mac Ainmuire de libérer Scandlann Mor, ce qui lui fut refusé. Au cours de la même nuit, on vit un pilier de feu au-dessus de la ville. Il se dirigea vers la prison où était enfermé Scandlann Mor, s'arrêta et émit un rayon lumineux qui pénétra dans la cellule. Les chaînes qui retenaient le prisonnier se détachèrent alors et il entendit une voix qui l'appelait. Un ange vint le libérer. A la suite de quoi Aedh Mac Ainmuire, très impressionné, reconnut la mission divine dont St Columcille était investi.

France ( 584 )
Saint Grégoire, évêque de Tours (France), raconte dans son Historia Francorum (" Histoire des Francs ") comment, en 584, " apparurent dans le ciel de vifs rayons de lumière qui semblaient se croiser et se heurter ", et comment, l'année suivante, " au mois de septembre, certaines personnes virent des signes, à savoir des rayons ou des dômes comme on voit généralement filer dans le ciel ". A un autre endroit, saint Grégoire décrit des " globes dorés " qui, à plusieurs occasions, furent observés alors qu'ils passaient à la vitesse de l'éclair dans le ciel de France.

France ( 585 )
Au mois de septembre, certains ont vu des signes, c'est à dire de ces rayons ou coupoles qu'on a coutume de voir et qui semblaient courir avec rapidité dans le ciel.

France ( 587 )
Pendant deux nuits de suite, au milieu du ciel, une espèce de nuage fort lumineux qui avait la forme d'un capuchon.

Japon ( 661 )
Pour l'année 661, les chroniques japonaises citent un événement intrigant : "Automne, premier jour du huitième mois. Le prince impérial, après être venu s'incliner sur la dépouille mortelle de l'impératrice décédée, regagna le palais d'Ihase. Ce soir-là, au sommet du mont Asakura, il y avait un esprit portant un grand chapeau, qui observa le déroulement des funérailles. Tous les gens présents poussèrent de grands cris d'étonnement."

Barking - Grande Bretagne ( 664 )
Alors que quelques religieuses priaient dans un cimetière voisin du couvent de Berecingum (Barking), une grande lueur descendit du ciel, les encercla, puis fit le tour du monastère avant de disparaître haut dans le ciel.

Osaka - Japon ( 1 octobre 679 )
Une matière semblable à du coton de cinq à six pieds de long tomba sur Ninawa ( ancien nom d'Osaka ).

Japon ( 692 )
Le vingt-huitième mois, sous le règne de Tokama-no-ara-hito-hime, on vit dans la nuit les planètes Mars et Jupiter se rapprocher l'une de l'autre puis s'éloigner quatre fois de suite, resplendissant et s'éteignant alternativement.

Meaux - France ( 729 )
Le moine Wilfred vit deux grandes comètes tourner autour du Soleil...

Grande Bretagne ( 746 / 748 )
On vit à plusieurs reprises des dragons dans le ciel, ainsi que des vaisseaux aériens avec des hommes à bord.

France ( 760 )
Sous le règne de Pépin le Bref ( 715-768 ) des phénomènes forts singuliers se montrèrent publiquement en France. L'air était plein de figures humaines, le ciel reflétait des mirages de palais, de jardins, de flots agités, de vaisseaux les voiles au vent et d'armées rangées en bataille. L'atmosphère ressemblait à un grand rêve. (...) On confondit les rêves et la veille et plusieurs personnes se crurent enlevées par des êtres aériens; il ne fut bruit que de voyages au pays des sylphes .... la folie gagna les meilleures têtes et il fallut enfin que l'Eglise s'en mêla ( Eliphas Levi dans " Histoire de la Magie " ).

Grande Bretagne ( 773 )
Une croix rouge apparut après le coucher du Soleil au-dessus de l'Angleterre



Sigisburg - France ( 776 )
Ces images de deux croisés datant d'un manuscrit du 12ème siècle " Annales Laurissenses " se réfèrent à la vision d'un OVNI en 776, pendant le siège du château Sigiburg, en France. Les Saxons sont assiégés par les Français quand pendant la bataille un groupe de disques apparu planant sur l'église. Les Saxons penserens que les français étaient protégé par ces objets et s' enfuirent: " et le même jour, alors qu'ils préparaient un nouvel assaut contre les chrétiens qui vivaient dans le château, la gloire de Dieu se manifesta au-dessus de l'église, à l'intérieur de la forteresse. Ceux qui faisaient le guet, dehors sur la place, dirent qu'ils virent la ressemblance de deux larges boucliers de couleur rougeâtre, flamboyants et en mouvement au-dessus de l'église même..."

Northumbrie - Grande Bretagne ( 793 )
En 793, la Anglo-saxon Chronicle rapporte: " En cette année, de terribles présages apparurent en Northumbrie, et affligèrent grandement ses habitants. Il s'agissait d'exceptionnels éclairs de foudre, et de dragons de feu qu'on voyait voler dans les airs ". Ces événements furent également consignés par Roger de Wendovert: " des dragons de feu dans le ciel effrayèrent l'infortunée nation des Anglais ".



Revenir en haut
ufologue
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2008
Messages: 63

MessagePosté le: Dim 9 Nov - 12:00 (2008)    Sujet du message: TEMOIGNAGES HISTORIQUES 1 Répondre en citant
 
Grande Bretagne ( 796 )
D'après le " Flores Historiarum " du bénédictin Roger de Wendover, on vit des petits globes tournoyer autour du soleil.

Saxe - Allemagne ( 810 )
Charles fût lui-même victime d'un accident significatif au cours de sa dernière expédition en Saxe contre le roi des Danois Godefrid. Un jour qu'il avait quitté le camp et s'était mis en route avant le lever du Soleil, il vit soudain une torche éblouissante descendre miraculeusement d'un ciel serein et traverser l'air de droite à gauche. Et comme l'on se demandait ce que présageait ce phénomène, le cheval qu'il montait baissa brusquement la tête et tomba en le précipitant à terre avec une telle violence que le fibule de son manteau se rompit et que le baudrier de son glaive fut arraché. Quand ses serviteurs, témoins de l'accident, se précipitèrent pour le relever, ils le trouvèrent sans armes, sans manteau, et l'on ramassa à au moins vingt pieds de distance un javelot qui lui avait échappé des mains au moment de sa chute.

Chine ( 814 )
Une étoile comme une demie natte de paille s'éleva de terre et sa lumière éclaira le sol. Une quantité de petites étoiles en sortirent.

Espagne ( 827 )
Eginard signale d'autre part que durant l'expédition en Espagne de Pépin Ir, second fils de Louis le Débonnaire, il se passa d'étranges choses: ".. en vérité ce désastre fut précédé de terribles apparitions de choses dans l'air. Durant la nuit elles étaient tantôt de pâles clartés, tantôt des feux brillants et rouges comme du sang.



Angers - France ( 842 )
Un objet traverçant les cieux au dessus de la ville d' Angers en 842.

France ( 1 décembre 848 )
On vit des lances dans le ciel. Trente jours après on aperçut à nouveau des lances effroyables dans le nord et l'orient du ciel.

France ( 877 )
Charles II, le Chauve ( 823 - 877 ) fut un jour entraîné par un être d'une blancheur éclatante, muni d'une arme jetant une lueur extraordinaire, comme celle d'une comète. Au cours du voyage, l'étranger protégea le roi de certains animaux sauvages en les enveloppant d'une clarté qui offusqua si bien ces dangereuses bêtes qu'elles ne purent l'atteindre.

Chine ( novembre 879 )
Il y eut un jour deux soleils qui se battirent ardemment. Et un autre jour du même mois, deux soleils montèrent ensemble et se battirent dans le ciel, se confondant en un seul astre sous les yeux de tous les spectateurs.



Japon ( 900 )
Vision d'une roue brûlante ( roue céleste flamboyante ) pendant l'an 900, sur le Japon.

Chine ( 905 )
A la troisième lune et le jour I-Cheou à minuit, il parut au zénith un grand globe de feu. Il était de la grandeur de cinq boisseaux. Il se dirigea vers le nord-ouest. A la distance de cent pieds il s'arrêta. On vit au-dessus de lui une multitude de petites étoiles, telles des étincelles d'un rouge jaunâtre. Sa queue était longue de cinquante pieds et ressemblait à un serpent. Toutes les petites étoiles étaient en mouvement. Peu après le globe s'éteignit pour faire place à une vapeur verdâtre, comme des touffes de bambou, qui s'étendait jusqu'au zénith et dont la couleur allait en s'affaiblissant.

Hongrie ( 919 )
Une torche ardente et des sphères brillantes comme des étoiles se déplacèrent ça et là dans le ciel de Hongrie.

Verdun - France ( 927 )
Dans les " Annales " de Flodoard, chroniqueur franc on peut lire qu'en 927 à Verdun et dans tout l'est de la France on vit des armées en marche dans le ciel.

Chine - ( 14 octobre 934 )
On vit au commencement de la nuit une étoile grande comme cinq boisseaux qui se dirigeait vers le sud-ouest. Elle avait une longue queue d'environ 10 degrés. Sa couleur était rouge. Elle se métamorphosa instantanément, prit la forme d'un dragon avant de figurer deux bêches qui se rapprochaient. Une petite étoile se déplaçant vers l'est fut aperçue au même moment.

Allemagne ( 940 )
Des armées ravagèrent le ciel.

France - ( 940 )
Dans la nuit d'un dimanche on vit des lances dans le ciel.

Cloera - Irlande ( 950 )
Il est arrivé, au bourg de Cloera, un dimanche où les gens étaient à la messe, un prodige. Il y a, en ce bourg, une église dédiée à la mémoire de Saint Kinarus. Une ancre métallique à laquelle était attachée une corde, tomba du ciel et une des pattes, qui étaient pointues, se prit à l'arche en bois qui surmonte l'église. Les gens se précipitèrent au-dehors et aperçurent dans le ciel un navire avec des hommes à bord qui flottait à l'autre bout de la corde de l'ancre, puis ils virent un homme sauter par dessus bord et descendre à la corde comme pour aller décrocher l'ancre. On aurait dit qu'il nageait dans l'eau. Les gens se précipitèrent pour l'attraper mais l'évêque leur interdit de le tenir de peur qu'ils ne le tuent. L'homme, une fois lâché, se dépêcha de remonter à la corde pour regagner le navire. L'équipage coupa la corde et le navire s'élevant, disparut. Mais l'ancre est restée dans l'église en témoignage de ce singulier événement (dans " Speculum Regali " manuscrit " Konungs Skuggsa "). Cet événement est aussi situé vers 1215 et il existe plusieurs versions ).

France - ( 2 novembre 979 )
Pendant toute la nuit des lances furent remarquées au milieu du ciel.

Japon ( 3 août 989 )
Les trois objets brillèrent d'une façon peu ordinaire et se réunirent en un même point de leur trajectoire.

Suisse ( 1104 )
Wolffart note qu'en Suisse, en 1104, " des torches ardentes, des traits de feu, du feu volant, furent souvent vus dans le ciel cette année-là. Et il y avait, proches des étoiles, comme des essaims de papillons et de petits vers ardents de nature étrange. Ils volèrent dans les airs et obscurcirent le soleil comme auraient fait des nuages ".

Grande Bretagne ( 1113 )
En Angleterre, en 1113, un groupe d'ecclésiastiques de Laon allaient de ville en ville dans le Wessex (sud-ouest de l'Angleterre), portant avec eux les reliques de la Vierge Marie, lesquelles leur permettaient d'opérer des guérisons miraculeuses. Arrivés à la ville côtière de Christchurch, dans le Hampshire, ils furent sidérés de voir un dragon sortir de la mer, " jetant du feu par les narines ". Les récits d'ovnis sortant de la mer constituent une véritable subdivision de l''ufologie.

Sussex - Grande Bretagne ( 9 mars 1170 )
Le chroniqueur du XIIe siècle Ralph Niger raconte que le 9 mars 1170, à St Ostwyth dans le Sussex, au sud-est de l'Angleterre, " un dragon incroyablement volumineux fut observé, quittant la Terre pour s'envoler dans les airs. L'air fut embrasé de feu par son action et une maison fut brûlée, réduite en cendres ainsi que ses dépendances ".

Kent - Grande Bretagne ( 1211 )
Durant une messe dominicale à Gravesend, dans le Kent (Angleterre), en 1211, l'on dit que l'assemblée des fidèles vit une ancre descendre et s'accrocher à une pierre tombale du cimetière. Les fidèles se ruèrent dehors et virent une étrange " nef " dans le ciel, avec des gens à bord. L'un des occupants du vaisseau sauta par-dessus bord mais ne tomba pas : " comme s'il nageait dans l'eau ", il se déplaça dans les airs jusqu'à l'ancre. On tenta de le capturer mais l'homme " se pressa jusqu'à la nef " sans doute toujours en " nageant ". Ses compagnons coupèrent la corde de l'ancre, et la nef " se mit à voguer jusqu'à être hors de vue ". Le forgeron local se servit de l'arche abandonnée pour décorer le lutrin de l'église.

Angleterre - Grande Bretagne ( 24 juillet 1239 )
Dans son Historia Anglorum ( Histoire des Anglais ), le chroniqueur britannique Matthew of Paris narre comment, alors que se couchait le soleil le 24 juillet 1239, " apparut une grande étoile semblable à une torche " au-dessus de Hereford et Worcester (des villes de l'ouest de l'Angleterre, proches de la frontière du pays de Galles), qui " se leva au sud pour monter dans le ciel en donnant une grande lumière. Elle avait la forme d'une grande tête, la partie avant était étincelante et la partie arrière faisait de la fumée et des éclairs ". Et, dit-il, " elle se tourna vers le nord... pas rapidement, ni vite en vérité, mais précisément comme si elle voulait monter jusqu'à un endroit dans le ciel ".

St Albans - Grande Bretagne ( 1er janvier 1254 )
Matthew of Paris raconte également qu'au-dessus de St Albans, au sud de l'Angleterre, le 1er janvier 1254 à minuit, " dans un ciel serein et clair, avec des étoiles brillantes et une lune de huit jours, apparut soudain dans airs une sorte de grand bateau, de belle forme, très bien équipé et d'une merveilleuse couleur ".



Revenir en haut
ufologue
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2008
Messages: 63

MessagePosté le: Dim 9 Nov - 12:00 (2008)    Sujet du message: TEMOIGNAGES HISTORIQUES 1 Répondre en citant
 
Cracovie - Pologne ( 6 décembre 1269 )
On lit dans la " History of Poland " de Martin Cromer un récit qui affirme que le 6 décembre 1269, " au crépuscule, une étrange brillance en forme de croix brillait haut dans le ciel et éclairait la ville de Cracovie ".

Grande Bretagne ( 1290 )
La Chronicle de William of Newburgh raconte comment, à l'abbaye de Byland dans le Yorkshire (l'une des plus grandes abbayes cisterciennes d'Angleterre), un jour de 1290, alors que l'abbé et les moines partageaient leur repas, un " objet plat, rond, argenté et brillant " survola l'abbaye, " causant le plus grand effroi ".

Comté de Leicester - Grande Bretagne ( Novembre et décembre 1388 )
La Continuation of the Chronicle of Leicester, de Henry Knighton, affirme qu'en novembre et décembre 1388, " un feu dans le ciel, comme une roue tournoyante et embrasée, ou un baril circulaire de flammes, émettant du feu d'en haut, et d'autres en formes de longs rayons ardents, furent observés une grande partie de l'hiver dans le comté de Leicester, et aussi dans le comté de Northampton ".

Comté de Leicester - Grenade Bretagne ( Avril 1389 )
La même source rapporte que l'année suivante, en la ville de Leicester, on vit à plusieurs endroits, courant avril, un dragon volant.

Bourgogne - France ( 1er novembre 1461 )
Le duc de Bourgogne, dans ses mémoires, rappelle que le 1er novembre 1461 un objet apparut dans le ciel nocturne, " long et large comme la moitié de la lune, il demeura sans bouger environ un quart d'heure, clairement visible, puis soudain... il se mit à tourner comme un ressort puis s'enfuit dans les cieux ".

Hollande ( 1528 )
En 1528, Wolffart raconte que, durant le siège de la ville d'Utrecht, en Hollande, " on vit dans le ciel un signe étrange et cruel " - la forme d'une croix bourguignonne, juste au-dessus de la cité, " de couleur jaune et horrible à contempler ".



Nuremberg - Allemagne ( 4 avril 1561 )
Des boules bleues, noires et rouges sang, ainsi que des disques et des croix rouges sang sortant de deux immenses cylindres noirs, se livrèrent bataille dans le ciel de Nuremberg. Certaines de ces sphères se seraient écrasées au sol à l'extérieur de la ville. Gravure sur bois de Hans Glasser. Collection Wickiana, Zurich Bibliothèque Centrale.



Bâle - Suisse ( 17 et 18 juillet puis 7 août 1566 )
Au-dessus de Bâle, pendant 2 jours en juillet et encore le 7 aout se déroula une bataille entre des sphères noires qui apparurent à l'aube. " Beaucoup devinrent rouges et ardentes, finissant par se consumer et disparaître ", écrivit Samuel Coccius, un étudiant qui consigna les étranges événement du 7 août 1566 dans la gazette de la ville.

Tübingen - Allemagne ( 5 décembre 1577 )
Dans ses Histoires Prodigieuses (1594), Pierre Boaistuau raconte une histoire qui se produisit à 7 h 00 du matin le 5 décembre 1577, à quelques kilomètres de Tübingen ( Allemagne ). Les gens du pays purent voir des nuages " de feu ", étrangement colorés, qui semblaient se rassembler autour du soleil. " Hors de ces nuages (sortaient) des reflets ressemblant à des chapeaux larges, longs et hauts et la Terre se révéla elle-même jaune et sanglante, et semblaient de différentes couleurs, rouge, bleu, vert, mais principalement noir ".

France ( 13 février 1606 )
C'est une " colonne de feu " qui est observée encore dans le sud-est de la France.

Kyoto - Japon ( mai 1606 )
Des boules de feu avaient survolé en permanence la ville de Kyoto et un soir une roue rouge était même venue tournoyer et planer au-dessus du château de Nijo.

Cannes, Gênes, Marseille, Nice ( à partir du 1 août 1608 )
Sur la mer de Gennes s'est veu les plus horribles signes que de mémoire d'hommes ait esté parlé, ni escrit! Les uns estoient en figures humaines ayant des bras qui sembloient estre couverts d'escailles et tenoient un chacune de leur main deux horribles serpents volants, qui leur entortilloient les bras, et ne paroissaient que depuis le nombril, en haut hors de la mer et jettoient des cris si horribles que c'estoit chose espouvantable, et parfois se plongeoyent dans la mer puis ressortoyent en d'autres endroits long de là, hurloyant des cris si espouvantables que plusieurs en ont esté malades de la peur qu'ils ont eu, ils en voyoient qui sembloient estre en figures de femmes. D'autres avoient le corps comme humain, tout couvert d'escailles, mais la teste estoit en forme de dragon. Depuis le premier jour dudict mois, ils ont esté ordinairement veus au grand estonnement de tous les Genevois. La seigneurerie fit tirer quelques coups de canons pour tascher de les faire oster de ce lieu. Il leur fut tiré quelques 800 coups de canon, mais en vain, car ils ne s'en étonnèrent nullement. Les églises s'assemblèrent et allant au vray remède firent force processions, commandèrent le jeusne, les bons pères Capucins ordonnèrent les 40 heures pour tascher d'appaiser l'ire de Dieu, avec leur remède salutaire. Le quinzième jour d'aoust apparurent sur la dite mer du port de Gennes trois carrosses traînant chacun par six figures toutes en feu en semblance de dragon. Et marchoient les dictes carrosses traînés par les dictes signes qui avoient toujours leurs serpents en continuant leurs cris espouventables et s'approchoient assez de Gennes, tellement que les spectateurs du moins la plus grande part, estonnez s'enfuirent craignant les effets d'un tel prodige.

Mais comme ils eurent faict la virevoltée par trois fois le long du port après qu'ils eurent jeté des cris si puissants de bruict qu'ils faisoient retentir les montagnes des environs, ils se perdirent dedans la dicte mer et depuis, l'on n'en a veu ny sceu aucune nouvelle. Cecy apporte grand dommage à plusieurs citoyens de Gennes, les uns qui sont morts de peur comme entre autres le fils de sieur Gasparino de Loro et aussi le frère du Signor Anthonio Bagatello, plusieurs femmes aussi on esté affligées et en ont eu telle frayeurs qu'elles en sont mortes... Du depuis le long de la mer de Nice et tout le costé de la Provence, tant du costé de la marine que du plain s'est trouvé avoir veu pleuvoir du sang naturel qui couroit et taschoit de rougir les feuilles et fruits des arbres. A Toulon la plupart des maisons sur le couvert estoient taschées dudit sang, le pavé de l'église parrochiale du dicte lieu à la sortie de la Messe, fut veu picer le cornet de vrai sang et naturel. Le 18e dudit moys il pleut du sang en telle abondance qui couloit le long des rues et sembloit qu'ils eussent égorgé une infinité de personnes à Riliane.

A Lambex, le 20e dudict moys en présence de tout le peuple fut veu en pluye de sang tellement que nul ne sortoit alors des maisons que incontinents ne fussent taschez dudict sang qui distilloit du couvert des toits, ou bien de celuy qui tomboyt de la prime pluye. Bref, le long de la marine depuis Nice jusqu'à Marseille a pleu sang en divers jours... Austres choses dignes de mémoire arrivées presque en même temps, en la ville de l'Isle de Martègue, le 22e jour dudict mois apparurent deux hommes en l'air aiant chacun en main des armes et boucliers qu'ils se battoient en telle sorte qu'ils estonnoyent les spectateurs et après s'estre longuement battus se reposoyent pour un certain temps, puis retournoyent en batterie et leur combat tenoit deux heures. Le 27e dudit moys, ils combattirent à pied et se chamaillèrent de telle sorte qu'ils sembloyent des forgerons qui battoient sur l'enclume. Le lendemain ils se trouvèrent estre à cheval et faisoyant de telle sorte que l'on eust dit pour certains que chacun d'eux estoit emparé d'un boulevert ou forteresse et après avoir fait assez bonne mine l'un contre l'autre il se fit bruit comme quelques tirées de canon. Le bruict estoit si effroyable qu'il sembloit aux auditeurs estre la fin du monde, puis ayant continué les dicts jours l'espace de sept heures tout en instant une nue épaisse apparut en l'air et couvrit si obscurément que rien de deux heures ne parut, que des nuées et brouillards noirs, obscurcis, sentant comme le salpêtre, et après que l'air fut purifié ne fût rien vu de toutes ces chimères lesquelles furent esvanouyes.



Revenir en haut
ufologue
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2008
Messages: 63

MessagePosté le: Dim 9 Nov - 12:01 (2008)    Sujet du message: TEMOIGNAGES HISTORIQUES 1 Répondre en citant
 
Kinki - Japon ( 4 mars 1614 )
On y observa le passage d'un objet carré.

Fluelen ( Uri ) - Suisse ( 1619 )
Herr Christophorus Schere, préfet du canton d'Uri vit près de Fluelen, le long du lac d'Uri, un objet volant long et brillant. (Henry DURRANT: "Le livre noir des S.V." - Laffont 1970, p. 61) En 1619, à Flüelen, un énorme objet allongé et de couleur de feu est vu près d'un lac par le professeur Christopher Scherer, préfêt du canton d'Uri: "M'étant attardé sur le balcon pour admirer la pureté du firmament, je vis un brillant dragon de feu sortir de l'une des cavernes du mont Pilate et se diriger rapidement vers Flüelen à l'autre extrémité du lac. Il était énorme, sa queue longue et son cou tendu...Il laissait derrière lui, en volant, de nombreuses étincelles...Je crus d'abord voir un météore, puis, en regardant plus attentivement, je fus convaincu par son vol...que je voyais un véritable dragon."

Quimper - France ( 1 février 1620 )
Entre 19 et 20 heures la foudre tomba sur la pyramide revêtue de plomb sur le toit de la cathédrale. Elle prit feu, explosa et s'écrasa au sol dans un bruit terrifiant. Les gens venus virent alors dans les flammes et la fumée un démon de couleur tantôt verte, tantôt bleue, qui faisait de son mieux pour attiser le feu.

Genève - Suisse ( dimanche des Rameaux 1620 )
Une autre brochure parue en 1620 intitulée: " Effroyable bataille aperçue sur la ville de Genesvre le dimanche des Rameaux dernier; on a veu deux soleils, l'un rouge et l'autre jaune qui se sont entreheurtez Un peu après est apparue une nuée longuette comme un bras, venant du costé du soleil, laquelle s'est arrestée près dudict Soleil, de cette nuée est sorty un grand nombre de gens habillé de noir, et armez comme gens de guerre. Et puis voilà qu'arrivent des nuées jaunes comme du safran, desquelles nuées sont sorties des réverbérations ressemblant à des grands chapeaux haults et larges et s'est monstré toute la terre jaune et sanglante. Le soleil se dédoubla et tout se termina en une pluie de sang ".

Genève - Suisse ( 28 juillet 1621 )
La présence d'une croix dans le ciel de Genève est encore signalée le 28 juillet 1621, croix qui jetait des flammes comme pour embraser la ville et ses alentours.

Paris et Saint-Denis - France ( 12 septembre 1621 )
Diverses petites nuées blanches apparurent lesquelles comme par escadrons, séparées les unes des autres, venoient par après à donner l'une dans l'autre d'une célébrité prodigieuse, après quoy disparoissants, d'autres se présentoient et aux approches envoyoient comme formes et manières de lances et de flèches les unes contre les autres de mesme que des escadrons qui viennent furieusement au choc et après s'estre quelque peu combattus, se perdoient et ne paroissoient plus..." écrit Pierre de l'Estoile. Tandis que Jacques Thevenyn, notaire décrit: "La nuit de dimanche douzième de septembre entre le lundi treizième, combien que fussions sans Lune, neaulmoings elle fut fort claire et se voyoit en l'air des cygnes de moy. Environ les dix heures du soir je vis, estant à nostre porte, au ciel comme trois longs chemins blancs, l'un plus petit que les autres et se mouvoient. J'estimois que ce fust du vent mais je ne sçay que c'estoit et sur ce, je vis comme une couronne qui n'estoit du tout closé du costé de la Porte Sainct Anthoine et l'estoit aux environs, contre laquelle y avoit plusieurs branches qui y venoient fondre.

Lyon, Nimes, Montpellier - France ( 12 octobre 1621 )
"La nuict du 12 octobre dernier, sur les huict heures du soir ou environ, n'ayant pour lors aucune clarté de Lune estant à son dernier cartier, l'air outre nature commença à s'esclaircir du costé du Levant et continuant une heure et demie ou environ, le temps se rendit aussi clair et net qu'il fait aux plus beaux jours de l'Esté, ce qui donna un grand estonnement aux habitants de Lyon. La plus grande partie d'iceux regardant en l'air apperceurent des choses du tout estranges et hors le cours de nature. Sçavoir sur la grande place de Bellecourt virent comme une grande montaigne, sur laquelle estoit la figure d'un Chasteau, duquel sortoient force éclairs qui donnoient de tous costez et perdoient leurs lumières à un instant. Et cette figure de Chasteau se consommoit à mesure que cesdits éclairs en sortoient. Cela sembloit couvrir tout le cartier de la porte du Rosne, de Sainct Michel, la rivière de Saone et donner jusques au faux-bourg de Sainct George. Du costé de la place des Terreaux il fut veu (par plus de quatrecents personnes) en l'air, comme la forme d'un Bataillon de gens d'armes, à cheval, à la teste desquels il y avoit une Estoille fort lumineuse, qui sembloit les conduire, laquelle estoit plus grande et plus claire que celles que l'on voit ordinairement au ciel. Cette estoille comme un second Soleil faisoit dissiper devant elle tous les nuages qui se présentoient de diverses figures et sembloient à voir, vouloir tenir sa clairté, mais estant surmontez par sa grande lumière perdoient entièrement leurs figures et ne paroissoient plus. Toute la ville et lieux circonvoisins furent couverts ceste nuict et autres, ensuivant de divers signes et prodiges, comme lance de feu ardant, qui sembloient venir du costé du faux-bourg de la Guillotière, les quelles s'approchant du Pont du Rosne ne dispersoient et ne paroissoient plus, et cela jusques au lever du jour. Sur la ville de Nismes (...) il se vit à mesme temps cy devant nommé par les habitants de la dicte ville, principallement la nuict du treizième du dit mois environ neuf à dix heures du soir, sur l'Amphitheatre comme un grand Soleil fort resplendissant, lequel estoit entouré d'un nombre d'autres flambeaux lumineux et sembloit vouloir cheminer droit sur la Tour Romaine.. sur laquelle il paroissoit comme des chariots en feu tout entouré d'estoilles fort éclairantes. Il parut aussi d'autres signes tant sur la Capitole que sur le Temple, les quels sembloient couvrir toute la vile, ce qui estonna grandement touts les habitants de la dicte ville et autres lieux circonvoisins. Sur la ville et cité de Montpellier... commença à paroistre sur icelle quantitez de flambeaux ardents en forme de torches de la lumières desquels sortoit nombre comme lances de feu qui alloient de part et d'autre. Cette façon de faire dura depuis les neuf à dix heures de nuit jusques à trois heures du matin que s'apparut une grande et lumineuse estoille avec une longue queue, d'autres petites estoilles, lesquelles sembloient faire dissiper une grosse nuée meslee de diverses esclairs qui la vouloit comme couvrir et empescher sa clarté... "



Revenir en haut
ufologue
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2008
Messages: 63

MessagePosté le: Dim 9 Nov - 12:01 (2008)    Sujet du message: TEMOIGNAGES HISTORIQUES 1 Répondre en citant
 
Belle-Ile ( Morbihan ) - France ( mars 1636 )
Extrait de la lettre du duc de Retz à son ami le R.P. Césarée - bibliothèque Méjanes d'Aix en Provence, manuscrit n° 1209) ... l'homme marain étoit sur un rocher du costé de l'ouest nommé d'Arbonne... et paroissoit comme assis. La grande hauteur de la coste l'empescha de juger comme étoit foit ce qui étoit sous l'eau, mais ce qui paroissoit dehors étoit le ventre, le nombril, le corps, la teste, les bras et les mains très bien proportionnez, fors les mains qui étoient extraordinairement grandes et blanches par dedans et les bras qui étoient un peu courts.Son Corps paroissoit de la grosseur d'une barique de vin et le reste à l'équipolent. Ses cheveux jusque sur les épaules fort gras et blanchâtres, sa barbe semblable et lui alloit jusqu'à l'estomac, ses yeux fort gros et rudes, la peau ni blanche ni basanée, mais elle avoit l'apparence d'être rude. ... mais bien virent-ils que l'entrejambe paroissoit large de plus d'un pied et que son dos étoit ainsi que le dessus de ses mains et de ses bras d'une peau grisâtre et sans écaille. .... au lieu de jambes, deux queues de poisson faites comme un saumon... quelquefois il se battoit les mains l'une contre l'autre et faissoit un certain sifflement qu'ils prirent pour rire... Au mêm temps qu'il paroissoit à Belle Ile des habitants qui alloient à Vannes assurent qu'en plain jour ils avoient vue une même choses.

Boston - USA ( mars 1639 )
James Everll vit une lumière flamboyante dans le ciel. Elle était de forme carrée ou rectangulaire de 2,5 m à 3 m de large et se déplaçait en zigzag.

Yuan ( province de Shansi ) - Chine ( avril 1639 )
Les villageois présentaient leurs condoléances aux membres de la famille de Yuan Yingta, ministre de la Défense nationale pendant la dynastie des Ming, qui s'était sacrifié sur le champ de bataille en résistant aux soldats des Man. On vit alors une chose lumineuse en forme d'étoile, de couleur rouge, blanche, jaune et bleue, survolant le cortège funèbre (...) Cette chose brillante ne se posa pas au sol, mais elle tourna au-dessus du village pendant très longtemps, puis elle remonta dans le ciel. Ses lumières se virent jusqu'à plus de cinq kilomètres de là.

Knokke - Belgique ( 1640 )
Le Memorial Historica Espanol tome XVI relate qu'en 1640 au fort de Kenoque ( Knokke ) qui était une défense de la ville d'Ypres, les soldats du fort aperçurent au zénith une armée complète marchant à travers les flammes. A peine était-elle déployée qu'ils en virent deux autres, une venant de l'est et l'autre de l'ouest. Selon le texte " ces deux armées se mirent en ordre de combat et bataillèrent contre celle venue du nord. Le combat dura une heure et les coups s'entendirent clairement ".

Boston ( Virginie ) - USA ( 18 janvier 1644 )
Vers 8 heures du soir plusieurs habitants du quartier de Boston situé en bord de mer virent une lumière de la taille de la pleine lune se lever au-dessus de la mer au nord-est. Peu après apparut une autre lumière, à l'est. Alors les habitants assistèrent à un curieux jeu de cache-cache entre les deux lumières. (...) Durant ce ballet céleste, plusieurs personnes connues comme étant sobres et pieuses qui se trouvaient sur l'eau entre Dorchester et Boston prétendirent avoir entendu une voix dans le ciel qui prononçait "d'une manière des plus terribles" les mots suivants: "Petit, petit, viens, viens" .... Ces appels furent répétés une vingtaine de fois de diverses directions. Une semaine plus tard, d'autres témoins virent le même ballet et entendirent les mêmes appels venant du fond des cieux.

La Haye - Pays-Bas ( mai 1646 )
D'étranges personnes et animaux apparurent dans le ciel de La Haye. Tandis que "venant du sud-est une importante flotte de navires aériens avec de nombreux marins à bord" s'approchait de ce spectacle insolite. Un gigantesque combat suivit et au moment de la disparition du phénomène on vit alors "comme une grande nuée apparaître là où il n'y avait rien auparavant."

Portugal ( 1655 )
L'inquisition fut requise suite aux allégations d'un homme d'affaire, brusquement apparu au Portugal, qui prétendit qu'à peine quelques secondes plus tôt il se trouvait à Goa, côte est de l'Inde, dans a rue, devant son négoce. Lui trouvant des pouvoirs diaboliques, l'Inquisition le condamna au bûcher.

Goult ( Vaucluse ) - France ( 1661 )
Antoine de Nantes, messager de Goult, en proie à un mal cruel, aperçut un enfant d'une merveilleuse beauté, planant au-dessus des débris d'une auréole de feu. Et quand la figure divine eut disparu, le messager se trouva parfaitement rétabli. Erection d'une chapelle, inaugurée le 3 janvier 1663; "les miracles se multiplièrent à partir de ce jour: les météores de feu éclataient dans les ombres sur le dôme béni."

Belozero - Russie ( 15 août 1663 )
Extrait du rapport du monastère St Cyrille: "Le paysan Levka Fedorov du village de Mys m'a dit ce qui suit: ... de diverses terres et de divers domaines se tenaient des gens à la messe,... en grande foule.. et à ce moment-là retentit, venant des cieux, un bruit très fort et beaucoup de gens sortirent sur le parvis et virent... du côté hivernal du plus clair des cieux, non d'un nuage, sortit un grand feu sur Roboziero et se dirigea vers le Midi, le long du lac, au-dessus de l'eau et avait cette flamme vingt sagènes (1 sagène = 2,13 m) et davantage de toutes parts, et une fumée bleue était à côté et devenant la flamme, sur vingt sagènes, deux rayons de feu aussi ... et du grand feu et des deux flammes plus petites, plus rien ne fut. Après une heure environ, le même feu revint à nouveau sur le lac, de la place même où il avait la première fois disparu et alla du midi vers l'ouest sur une demi-verste (1 verste = 1.066m) et disparut de la même manière. La troisième fois ce feu devint plus effrayant que la première par sa grandeur et par la suite s'en alla vers l'ouest. Et resta en tout sur Roboziero, ce feu, au-dessus du lac, environ une heure et demie et ledit lac à deux verstes en long et une en travers... Sur le lac naviguaient des paysans dans une barque et la flamme de ce feu était si brûlante qu'ils ne purent s'en approcher. Et le lac lui était éclairé jusqu'au fond, au plus profond, au centre il, ce lac, quatre sagènes et le poisson qui s'enfuyait vers les rives, tous l'ont vu et en dessous du feu, l'eau devenait par la flamme, comme couverte de rouille.

Leipzig - Allemagne ( 23 mars 1665 )
Il y aurait eu une chute tellement abondante de filaments de soie bleue, que des champs entiers en furent recouverts. Ces filaments seraient tombés du ciel et s'accrochaient aux pieds des hommes et des animaux. (Inforespace n° 52 - 1980, p. 3)

Mer dans la Manche ( 8 février 1672 )
" A une heure après mydy par le temps du monde le plus serain, s'est apparue à nous une estoille au-dessus de nostre teste, environ de la longueur de quinze pieds. De là est allée tomber du costé du nort, lessant une fumée qui s'est formée en deux navirs avec chacun leurs deux hunières et la mizene et leurs grandes voiles serrés et envergés, ayant tous deux le devant au sus. Celuy du nort estoit plus grand que celuy du sus. Et comme ils alloient ainsy, ils se sont séparés environ de quatre pieds de large l'un de l'autre, au milieu desquels s'est formé un autre navire, paroissant plus gros que les autres, tout noir, nous monstrant le derrière et tournant le devant au nort, sans aucune voile mais pourtant garny de ses mas, vergues et cordages, comme s'il avait esté à l'ancre. Ce qui nous a paru l'espace d'une grosse demi heure. Et puis après, s'estant point ensemble, se sont dissipés en allant du costés du sus sans en lesser aucune marque...".

Grenade - Espagne ( 1677 )
Pierre Boutard, officier à bord du brûlot " La Maligne " note dans le livre du bord: " le jeudy 30ème décembre 1677 le matin su les 4 heures, nous avons veu unne estoille o nord/ouest 1/4 d'ouest et a finy du suest 1/4 d'est, mais portant une grande lumière que nous croyons tous dens nostre bord que le feu fut partout, mais elle estoit acompengnée de plus de 200 rayons portant tous un clerté sans pareille, que nous estions tous esperdus. Nous mouliame sur les 9 ou 10 heures du matin à la pettite rade de la Grenade".

Crosford, Nanark - Ecosse ( juin et juillet 1686 )
Du chroniqueur Patrick Malker: " ... près le bac de Crosford, deux miles au-dessous de Nanark et particulièrement aux Mains, sur la rivière de la Clyde, une grande foule se rassembla plusieurs fois l'après-midi. Il y avait là une pluie de bonnets, de drapeaux, de fusils et d'épées. Les arbres et le terrain en étaient couverts. Des compagnies d'hommes armés marchaient en ordre le long de la rivière , des compagnies rencontrant des compagnies se ruaient les unes contre les autres et tombant à terre, disparaissaient. D'autres réapparaissaient immédiatement et marchaient dans la même direction... ceux qui avaient vu étaient saisis d'une telle frayeur et d'un tel tremblement que ceux qui n'avaient pas vu en étaient troublés".

Kunmin ( province de Yun'nan ) - Chine ( 1688 )
Notes du Gu-Sheng, chap. 6: " Entre la fin du printemps et le début de l'été de l'an vingt-sept sous le règne de l'empereur Kangxi de la dynastie des Qing, mon beau frère Bixilin se rendit chez lui dans les montagnes à 20 kilomètres de la ville de Kunmin. Pendant son séjour, il vit chaque midi, lorsqu'il faisait beau, un grand couvercle jeune comme un parapluie monter lentement d'une crête. Cette chose jetait de brillantes lumières qu'il n'osa pas regarder en face. Elle prenait de la hauteur et pénétrait dans les nuages. Peu après elle descendait, toujours lentement, pour remonter et redescendre de la même façon. Quand la nuit tombait, l'objet volant perdait l'éclat de sa couleur jaune et devenait plus pâle et flou. Il disparaissait complètement lorsque le ciel devenait noir ".

Pays de Galles - Grande Bretagne ( 1692 )
D'après " Morden's Atlas of Wales ": "une exhalation ardente traversa la mer et mit le feu à des meules de foin, aux champs de blé et à des granges, tout près de Harlech. Cette chose infecta l'herbe mais elle n'était pas dangereuse pour les hommes, même pour ceux qui se sont trouvés au beau milieu d'elle. Cela se produisait toujours à la nuit tombée, le plus souvent un samedi ou un dimanche, et cela dura pendant quelques mois. La seule façon de l'éteindre et la faire fuir était de sonner d'une corne de chasse ou de tirer des coups de fusil..."

Dolgelly ( Pays de Galles ) - Grande Bretagne ( janvier 1694 )
Le curé de Dolgelly rapportait que " seize meules de foin et deux granges avaient été brûlées par une sorte de vapeur enflammée que l'on voit souvent venir de la mer..."



Revenir en haut
ufologue
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Oct 2008
Messages: 63

MessagePosté le: Dim 9 Nov - 12:04 (2008)    Sujet du message: TEMOIGNAGES HISTORIQUES 1 Répondre en citant
 
Hambourg - Allemagne ( 4 novembre 1697 )
Une sorte d'énorme sphère très lumineuse, survola lentement Hambourg et d'autres villes du nord-ouest de l'Allemagne.



Hambourg - Allemagne ( 1697 )
Cette image montre un OVNI sur Hambourg le 4 novembre 1697. Les objets ont été décrits comme "deux roues rayonnantes" par la population.

Avignon - France ( 1699 )
Extrait de " L'histoire du diocèse d'Avignon " par l'abbé Granget: "Arrivé près de l'oratoire qui se trouve vis à vis de la chapelle de Notre Dame Ste Garde (St Didier, Vaucluse) je vis le ciel s'ouvrir, une grande lumière parut et bientôt j'aperçus trois globes de feu. Celui du milieu était élevé au-dessus des autres. Voilà me dis-je, les lumières dont on m'a parlé. Aussitôt je tombai à genoux et je bénis Dieu d'une si grande merveille. En même temps, deux nouvelles lumières apparurent mais un peu au-dessus de l'endroit où est la chapelle. Je m'avançai jusqu'à l'oratoire où se trouve représenté le mystère de la Résurrection de Jésus-Christ. Les deux globes s'unissent alors à celui du milieu et disparaissent.autre navire, paroissant plus gros que les autres, tout noir, nous monstrant le derrière et tournant le devant au nort, sans aucune voile mais pourtant garny de ses mas, vergues et cordages, comme s'il avait esté à l'ancre. Ce qui nous a paru l'espace d'une grosse demi heure. Et puis après, s'estant point ensemble, se sont dissipés en allant du costés du sus sans en lesser aucune marque...".

Grenade - Espagne ( 1677 )
Pierre Boutard, officier à bord du brûlot " La Maligne " note dans le livre du bord: " le jeudy 30ème décembre 1677 le matin su les 4 heures, nous avons veu unne estoille o nord/ouest 1/4 d'ouest et a finy du suest 1/4 d'est, mais portant une grande lumière que nous croyons tous dens nostre bord que le feu fut partout, mais elle estoit acompengnée de plus de 200 rayons portant tous un clerté sans pareille, que nous estions tous esperdus. Nous mouliame sur les 9 ou 10 heures du matin à la pettite rade de la Grenade".

Crosford, Nanark - Ecosse ( juin et juillet 1686 )
Du chroniqueur Patrick Malker: " ... près le bac de Crosford, deux miles au-dessous de Nanark et particulièrement aux Mains, sur la rivière de la Clyde, une grande foule se rassembla plusieurs fois l'après-midi. Il y avait là une pluie de bonnets, de drapeaux, de fusils et d'épées. Les arbres et le terrain en étaient couverts. Des compagnies d'hommes armés marchaient en ordre le long de la rivière , des compagnies rencontrant des compagnies se ruaient les unes contre les autres et tombant à terre, disparaissaient. D'autres réapparaissaient immédiatement et marchaient dans la même direction... ceux qui avaient vu étaient saisis d'une telle frayeur et d'un tel tremblement que ceux qui n'avaient pas vu en étaient troublés".

Kunmin ( province de Yun'nan ) - Chine ( 1688 )
Notes du Gu-Sheng, chap. 6: " Entre la fin du printemps et le début de l'été de l'an vingt-sept sous le règne de l'empereur Kangxi de la dynastie des Qing, mon beau frère Bixilin se rendit chez lui dans les montagnes à 20 kilomètres de la ville de Kunmin. Pendant son séjour, il vit chaque midi, lorsqu'il faisait beau, un grand couvercle jeune comme un parapluie monter lentement d'une crête. Cette chose jetait de brillantes lumières qu'il n'osa pas regarder en face. Elle prenait de la hauteur et pénétrait dans les nuages. Peu après elle descendait, toujours lentement, pour remonter et redescendre de la même façon. Quand la nuit tombait, l'objet volant perdait l'éclat de sa couleur jaune et devenait plus pâle et flou. Il disparaissait complètement lorsque le ciel devenait noir ".

Pays de Galles - Grande Bretagne ( 1692 )
D'après " Morden's Atlas of Wales ": "une exhalation ardente traversa la mer et mit le feu à des meules de foin, aux champs de blé et à des granges, tout près de Harlech. Cette chose infecta l'herbe mais elle n'était pas dangereuse pour les hommes, même pour ceux qui se sont trouvés au beau milieu d'elle. Cela se produisait toujours à la nuit tombée, le plus souvent un samedi ou un dimanche, et cela dura pendant quelques mois. La seule façon de l'éteindre et la faire fuir était de sonner d'une corne de chasse ou de tirer des coups de fusil..."

Dolgelly ( Pays de Galles ) - Grande Bretagne ( janvier 1694 )
Le curé de Dolgelly rapportait que " seize meules de foin et deux granges avaient été brûlées par une sorte de vapeur enflammée que l'on voit souvent venir de la mer..."

Hambourg - Allemagne ( 4 novembre 1697 )
Une sorte d'énorme sphère très lumineuse, survola lentement Hambourg et d'autres villes du nord-ouest de l'Allemagne.



Hambourg - Allemagne ( 1697 )
Cette image montre un OVNI sur Hambourg le 4 novembre 1697. Les objets ont été décrits comme "deux roues rayonnantes" par la population.

Avignon - France ( 1699 )
Extrait de " L'histoire du diocèse d'Avignon " par l'abbé Granget: "Arrivé près de l'oratoire qui se trouve vis à vis de la chapelle de Notre Dame Ste Garde (St Didier, Vaucluse) je vis le ciel s'ouvrir, une grande lumière parut et bientôt j'aperçus trois globes de feu. Celui du milieu était élevé au-dessus des autres. Voilà me dis-je, les lumières dont on m'a parlé. Aussitôt je tombai à genoux et je bénis Dieu d'une si grande merveille. En même temps, deux nouvelles lumières apparurent mais un peu au-dessus de l'endroit où est la chapelle. Je m'avançai jusqu'à l'oratoire où se trouve représenté le mystère de la Résurrection de Jésus-Christ. Les deux globes s'unissent alors à celui du milieu et disparaissent.

pardon je ne peux pas mettre la suite.

motif: je ne retrouve pas le site



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:27 (2017)    Sujet du message: TEMOIGNAGES HISTORIQUES 1
 

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    la porte du monde interdit Index du Forum -> ufologie -> temoignages anciens Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
 

 

Galaxian Theme 1.0.1 by Twisted Galaxy
 
Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2004 phpBB Group